Circoncision : tout savoir sur le sujet

Dans certains pays, la circoncision est de moins en moins pratiquée. Au Canada, la Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas la circoncision de manière systématique, elle est recommandée pour raisons médicales. En Afrique, la circoncision est faite de manière systématique chez tous les petits garçons. La circoncision est dans ces cas réalisée pour des raisons religieuses, culturelles ou hygiéniques. Les décisions ne sont généralement pas prises en fonction des critères de santé. Ceci étant, plusieurs études menées en Afrique, aux États-Unis et en France ont montré les avantages et les inconvénients lies à la circoncision. Mais avant tout, quelle en est l’origine?

L’origine de la circoncision

Le terme circoncision vient du latin circum (autour) et caedere (couper). Ses origines précises restent mal connues mais elles pourraient remonter au 3ème millénaire avant Jesus-Christ, en Egypte. Elle s’est ensuite répandue à travers le monde pour des motifs hygéniques, religieux et culturels.

En 2009, l’OMS estimait qu’environ 30% des hommes de plus de 15 ans étaient circoncis dans le monde.

Les avantages

La circoncision présente plusieurs avantages :

• Selon une étude africaine réalisée sur un large échantillon au Kenya, en Ouganda et en Afrique du Sud, la circoncision réduit le risque de contracter le VIH. Les cellules du prépuce seraient en effet sensibles au VIH. Ces résultats ont emmené l’OMS à inclure la circoncision des hommes adultes dans son programme de lutte contre le VIH.
Cette recommandation de l’OMS fait cependant l’objet de plusieurs critiques, plusieurs études réalisées tant en Afrique que dans les pays du Nord ont constaté un taux plus élevé d’infections à VIH chez les hommes circoncis.

• La circoncision réduit le risque de cancer du pénis, ainsi que le risque d’éjaculation précoce.
• Selon une étude américaine, la circoncision réduit le risque de transmission d’infection sexuellement transmissibles telles que l’herpès et le papilloma virus.

Les inconvénients

• Les complications chirurgicales, qui , bien que rares (3%), existent : infections, nécrose, saignements abondants ou hémorragie, asymétrie du prépuce restant, extraction d’une trop grande surface de peau, ect.
• Des complications postopératoires à type de rétention urinaire, sténose du méat urinaire, phimosis post-circoncision, pénis caché, enterré ou piégé ont été retrouvées par certains auteurs.
• D’autres types de complications à type d’embolie pulmonaire, arrêt respiratoire, insuffisance cardiaque, pneumothorax, existent également.
• Une étude faite en 2010 a révélé que 117 nouveau-nés américains décèdent chaque année des complications liées à une circoncision.
• Le prépuce réduit le contact du gland avec les selles et les urines; après la circoncision il est nécessaire de changer de couches fréquemment jusqu’à ce que la peau du gland durcisse.

Les indications médicales

Il existe quelques indications médicales à la circoncision :

Le phimosis: on parle de phimosis quand le prépuce est si serré qu’il empêche le décalottage. Ce prépuce serré est à la base d’infections urinaires à répétition ou d’infections au niveau du gland. Ces dernières se manifestent par des rougeurs, un écoulement purulent, une gêne, des démangeaisons au niveau du gland.
• Le paraphimosis : il se manifeste par un prépuce serré qui reste en position décalotté. L’extrémité du prépuce (l’anneau prépucial) étrangle alors le gland qui gonfle, devient violacé, douloureux et peut se nécroser.
circoncision n’est cependant obligatoire en cas de phimosis ou de paraphimosis, seul le médecin est habilité, selon les cas, à décider de la méthode de prise en charge.

L’impact sur la sexualité

La question des perturbations de la sexualité secondaires à la circoncision est la question la plus fréquemment abordée lorsque celle-ci est faite à l’âge adulte. Plusieurs affirment qu’il n’existe aucun changement dans la sexualité de la personne sur qui la circoncision est pratiquée. Certaines études prouvent cependant le contraire.

L’impact sur les hommes

Une étude menée en 1999 auprès des juifs soviétiques circoncis après leur arrivée en Israël avait montré que 54% des hommes étaient sexuellement satisfaits avant la circoncision, et seulement 24% après la circoncision.
Solinis et Yiannaki ont rapporté dans leur étude faite en 2007 que 35 % des hommes de leur étude ont décrit une vie sexuelle moins bonne après la circoncision.
Une étude plus récente faite en 2013 en Belgique a montré l’importance du prépuce dans la sensibilité du pénis, la satisfaction sexuelle générale et le fonctionnement du pénis.
Certains hommes ont même fait le choix de restaurer leur prépuce de manière chirurgicale, et affirment ressentir plus de plaisir sexuel qu’après le circoncision.

L’impact sur les femmes

Du côté des femmes, une étude menée en 2003 a montré que les femmes avaient plus de risque d’avoir une sècheresse vaginale lors d’un rapport sexuel avec un homme circoncis.

En 2011, une étude danoise faite sur plus de 5000 personnes a rapporté que les partenaires sexuelles d’hommes circoncis ont 2 fois plus de risque d’être frustrées sexuellement, 2,5 fois plus de difficultés à atteindre l’orgasme et 8 fois plus de risque de ressentir des douleurs lors d’un rapport.
Cela revient à dire qu’il existe réellement un impact sur la sexualité, dont les hommes qui ont été circoncis dans l’enfance n’ont pas conscience.
Cependant, au vu des avantages de la circoncision, celle-ci reste conseillée.

Vous aimerez aussi...